Le bénévolat évolue : quelques conseils de gestion des RH bénévoles

dew-325425_640La question du renouvellement des bénévoles est une problématique récurrente chez les associations quelques soit leurs tailles et leurs budgets. Le nombre de bénévoles augmente, mais les attirer n’est pas toujours aisé et cela devient un enjeu stratégique. Cette situation est particulière, il y a un tel choix de causes à défendre et d’associations qu’on pourrait y voir une concurrence sur « la meilleure offre » de bénévolat, celle qui est adaptée, ciblée, formatrice, satisfaisante pour les bénévoles…  

Le bénévolat devient un engagement collectif adapté aux dispositions individuelles

 « La France Bénévole 2012 » de Recherches et Solidarités ou « Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ? » écrit par Maude Simonet en 2010 dessinent des conclusions qui se rejoignent. En France, les bénévoles s’engagent de manière  de plus en plus ponctuelle, plus pragmatique, sur des missions de courte durée, et ils aiment particulièrement le travail en équipe. Les facteurs essentiels d’engagement aujourd’hui semblent être les suivants : « se rendre utile » et « développer des relations interpersonnelles ». Cela dit il est difficile de créer un schéma d’engagement, celui-ci est avant tout une décision individuelle. On peut cependant faire trois remarques à la lecture des études sur le sujet :
– Le bénévolat s’effectue de plus en plus ponctuellement et en équipe
– Les bénévoles ont plus tendance à s’engager dans des associations humanitaires, culturelles, ou sportives
– Les bénévoles veulent des résultats concrets et visibles de leurs actions

Les grands réseaux réagissent en perfectionnant et en valorisant l’engagement

Une étude de l’association Prévention Routière et une étude de France Bénévolat sur les évolutions de l’adhésion parmi les membres de sa Commission Inter-Associative (regroupement des 20 plus grands réseaux associatifs de France Bénévolat, notamment La Croix-Rouge, le Secours Populaire, le Secours catholique, L’Association des paralysés de France, les Petits frères des Pauvres, ou l’Unicef) permettent d’observer les tendances suivantes : 
-La professionnalisation du secteur associatif est très visible dans les grandes associations, par exemple la Ligue contre le Cancer forme dans son Centre National 2500 personnes par an.
– L’Association des paralysés de France développe, en adaptant les pratiques des grandes entreprises, des stratégies sur le long terme avec des objectifs quantitatifs et qualitatifs très précis dans son « Projet associatif 2012-2017 »
– La valorisation des bénévoles devient un enjeu clef : l’association Prévention Routière organise des cérémonies de remises de récompenses une fois par an pour les bénévoles particulièrement investis dans l‘association.

L’application et les innovations dans la gestion RH bénévoles

Selon Dominique Thierry, Président de France Bénévolat, il y a 7 étapes dans la gestion RH des bénévoles : identification et clarification des besoins, informations préalables au recrutement, accueil des futurs bénévoles, intégration des futurs bénévoles, formation des bénévoles, animation des bénévoles et reconnaissance des bénévoles.

team-386673_640Ces 7 étapes de la RH bénévoles nous permettent de mettre en lumière un ensemble de pratiques utiles, certaines d’entre elles pouvant être adaptées aux petites et moyennes associations :
– Elaborer des fiches missions pour les projets à réaliser par les bénévoles. Ces fiches indiquent notamment la formation préalable, elles contiennent un descriptif des activités à réaliser et des objectifs, et elles précisent le caractère régulier ou ponctuel de la mission

– Indiquer des intitulés particuliers correspondants au rôle des bénévoles. Cela valorise la mission des individus.
– Mettre en place des formations adaptées aux profils de chaque bénévole
– Accorder des distinctions symboliques aux bénévoles les plus méritants.
– L’implication forte des bénévoles est encouragée par des événements ponctuels et des adhésions parfois obligatoire.
– La représentation dans les instances est favorisée notamment en donnant accès aux postes à responsabilités aux jeunes.
– L’élaboration de stratégies et d’offres de mobilisation selon les catégories d‘activités, comme cela est fait au Secours Populaire (étudiants, demandeurs d’emploi, actifs, retraités), est  également une bonne pratique.

Quelques recommandations par type de public

 Avec les jeunes:
– Développer un bénévolat ponctuel, régulier ou saisonnier adapté à chacun
– Développer la gestion par projets, intégrer les jeunes à une équipe, et encourager  la prise de responsabilité
– Solliciter des élèves dans les collèges ou les lycées pour participer aux actions
– Recommander des missions avec des outils ludiques et un public jeune
– Encourager le volontariat en service civique et les stages
– Proposer un engagement ponctuel, renouvelable avec une période de découverte
– Créer des délégués jeunesse
– Diversification des formes de bénévolat avec le « e-bénévoles » ou « web bénévoles »

Avec les actifs: 
– Centraliser les offres de missions sur des sites d’intermédiations : France Bénévolat, Espace Bénévolat, Betobe.org, Passerelles et Compétences.
– Développer la procédure d’accompagnement dans la VAE bénévole (Validation des acquis de l’expérience)
– Valoriser les compétences en créant des groupes d’études départementaux ou par pôle d’activité de la structure (ex : comité Rh, communication, etc…)
– Assurer une progression en responsabilité, associé à une forme de parrainage ou de tutorat
– Essayer de rendre les activités ludiques, pour que le bénévolat donne du plaisir

Avec les retraités: 
– Adhérer à un projet associatif clair
– Signer une charte du bénévolat
– Rédiger une charte d’engagement réciproque
– Valoriser la transmission intergénérationnelle
– Approcher les futurs retraités en amont
– Contacter les Caisses d’Assurance Vieillesse
– Favoriser le travail en équipe, la prise de responsabilités et les rencontres

Ces recommandations sont un ensemble de pistes de réflexions pour les petites et moyennes associations à adapter à l’échelle des structures. Bien que les effets positifs sur le recrutement de bénévoles soient nombreux, on constate que l’engagement de longue durée est en baisse. Constituer un plan de recrutement annuel ou semestriel est donc aujourd’hui un enjeu majeur pour les associations. 

Leave a Comment